Pollution publicitaire et

lumineuse

La mobilisation des bacots a porté ses fruits

RLPI-2019_edited.jpg

Les habitants ont fait part de leurs inquiétudes concernant le projet de règlement local de publicités intercommunal : détérioration du cadre de vie, pollution lumineuse, non prise en compte du caractère exceptionnel de la commune entre Seine et forêt.

Dans le cadre de l'enquête publique, le commissaire enquêteur les a entendus: désormais, ce sont les règles des communes du parc naturel régional du Gâtinais qui s'appliquent sur la commune. 

 

En savoir plus:

Untitled-3.png

PLU: les espaces naturels menacés

Le collectif demande aux élus de les protéger 

80461149_10157996806342376_6918434299372

Dans le nouveau Plan Local d'Urbanisme, on ne trouve aucune protection supplémentaire pour les bois du cœur de la ville (bois de l'Ermitage, bois autour des écoles (photo), bois du lavoir, parc de la maison des associations...). Il en est de même pour les bois plus éloignés du centre (côté Foucherolles par exemple), les mares (Claviau, Tournezy...) ou encore l’ensemble des précieuses zones humides des bords de Seine.  De même, aucune valorisation des corridors n’a été envisagée pour permettre à la faune de se déplacer entre la Seine et la forêt de Fontainebleau.

Quartier de la gare et proche de la forêt : des terrains en attente d'un projet d'urbanisme

Plusieurs terrains proches de la gare et/ou de la forêt ont été désignés en « périmètre d’attente de projet global ». Cela signifie que la commune les a réservés pour un projet d’aménagement encore non communiqué et qui devra voir le jour dans les cinq ans à venir. Certains de ces terrains possèdent des espaces boisés, des zones très probablement humides et sont une continuité avec la forêt avoisinante

Le bureau d’études fait une proposition pertinente… qui est rejetée

Mandaté par le Pays de Fontainebleau, le cabinet Rivière-Letellier a proposé d’insérer de nombreux « éléments paysagers à protéger » au sein de ces fameux terrains. Cette proposition, datant du 13 janvier 2020, avait le mérite de prendre en compte la réalité écologique de ces espaces sans en figer l’aménagement. Monsieur le maire a refusé cette solution.